L’ANSM (Agence National de Sécurité du Médicament) vient de publier un nouveau point d’information concernant la procédure de maintenance des défibrillateurs grand public. Une façon de faire un rappel pour les exploitants de DAE.

Défibrillateur et maintenance : les avantages du contrat de maintenance

L’absence de maintenance des défibrillateurs

Suite à une enquête téléphonique récemment menée par l’ANSM, 90% des personnes contactées se disent être bien informées lors de l’achat sur les opérations de contrôle et de maintenance à réaliser sur le DAE. Malgré cela, environ 40% des structures ne disposent pas d’un plan mentionnant le lieu d’implantation de l’ensemble de leurs DAE. A cela s’ajoute le fait que plus de 25% d’entre elles ne réalisent pas de contrôles réguliers de leurs appareils.

Ce rapport fait également office de support synthétique. En effet, c’est un guide pratique pour aider les entreprises dans leur projet d’équipement et de maintenance des défibrillateurs. Voici les points abordés dans ce nouveau guide : conseils avant achat / formation à l’utilisation de l’appareil / maintenance de l’appareil / lieu d’implantation de l’appareil / contrôles de l’appareil signalement des incidents rencontres lors de l’utilisation du DAE / exemple d’étiquette à apposer sur le DAE.

Les avantages du contrat de maintenance des défibrillateurs

Le contrat de maintenance réalisé par le fabricant ou une entreprise tiers agréé permet de pérenniser le suivi  du défibrillateur, de ne pas  mobiliser de personnel aux opérations de contrôle et d’assurer un transfert de responsabilité.

Prenons pour exemple une entreprise qui dispose d’une dizaine de sites réparties sur le territoire nationale. Si la maintenance est gérée en interne, alors un réfétent par site doit être désigné pour contrôler le défibrillateur. Ce dernier aura la charge de contrôler le défibrillateur, faire un rapport de maintenance, le consigner dans le registre de sécurité et enfin de transmettre l’information au référent national. Cela nécessite la mise en place d’une procédure spécifique et donc du temps pour le traitement des informations. En cas de rotation de poste, il faut également que l’information soit bien transmise.

Si la maintenance est gérée par le le fabricant ou une entreprise tiers agréé, celui-ci organise et gère les interventions de maintenance sur chaque site. Il émettra ensuite  un procès-verbal (PV) de vérification qui sera transmis au référent national pour centraliser les données.  On retrouve généralement dans le PV de maintenance, les informations suivantes : Numéro de série du défibrillateur, dates de péremptions des électrodes / batteries / tests effectués etc…

Les 10 points de contrôles du défibrillateur (DEA/DSA)

L’ANSM reprend en 10 points les critères à respecter pour organiser efficacement le contrôle des défibrillateurs :

  • Nommer un référent sur site pour s’assurer du suivi et des contrôles du défibrillateur
  • Mettre en place une procédure de suivi avec un registre de maintenance
  • Déclarer le défibrillateur auprès de l’ARS (Agence régionale de Santé), du SAMU, des Pompiers et du fabricant
  • Placer le défibrillateur dans un lieu accessible, visible et réflexe
  • Respecter les plages de températures pour le stockage des DAE (-0° / +40°)
  • Assurer la traçabilité du lieu d’implantation des défibrillateurs (via le numéro de série notamment)
  • Contrôler périodiquement le voyant d’état opérationnel du DAE et remplacer les consommables à leur date de péremption (batterie / électrodes) en respectant les consignes de la maintenance propre à chaque défibrillateur.
  • Faire remonter auprès de l’ANSM tout dysfonctionnement observé sur le DAE en cours d’utilisation pouvant avoir ou ayant eu une incidence sur l’état de santé de la personne secourue, d’un utilisateur ou d’un tiers.

Cet article vous a t’il été bénéfique ? Votre avis est important, votez !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars 20 100,00

Loading...